element.innerHTML = '
' + string + "
"; Des mariages dits républicains voulus par Jean-Baptiste Carrier, où un homme et une femme étaient enchaînés, nus, avant d’être noyés. Ceci dit, me concernant, je n’ai aucun mérite, puisque passionné d'histoire depuis des décennies, je m’intéresse à l’Histoire de notre pays et plus particulièrement à la période révolutionnaire.., dont nous sommes encore attachés idéologiquement... Effectivement, j’ai beaucoup lu, étudié, décortiqué d’importants témoignages de l'époque révolutionnaire de 1787 à 1815 et lu de nombreuses lettres de Turreau et d'autres ainsi qu'un nombre appréciable d'ouvrages historiques (en autres, pour ne citer que mes principaux  historiens : Reynald SECHER, Jean-Christian PETITFILS, G. LE NOTRE, Jean MASSIN, Emmanuel de WARESQUIEL « FOUCHE », Simon-Henri-Nicolas LINGUET, Geneviève HAROCHE-BOUZINAC, MAX GALLO « la fin d’un monde/ Robespierre/ Danton », Jean des CARS, Manie GREGOIRE, etc..). Les vendéens perdent leur chef Cathelineau lors du siège de Nantes. } Guerre de Vendée Coordonnées 47° 03′ 36″ nord, 0° 52′ 42″ ouest Géolocalisation sur la carte: Maine-et-Loire Bataille de Cholet Géolocalisation sur la carte: Pays de la Loire Bataille de Cholet Géolocalisation sur la carte: France Bataille de Cholet modifier La deuxième bataille de Cholet se déroule le 17 octobre 1793 , durant la guerre de Vendée . Les moyens d’extermination des Vendéens mis en œuvre par le Comité de salut public et la Convention sont la matrice de ceux des régimes totalitaires du XXe siècle. Une « querelle de vocabulaire » qui ne doit faire oublier ni l’horreur et l’étendue des massacres perpétrés, ... si l’on veut entièrement finir l’exécrable guerre de Vendée, sans quoi je ne pourrais répondre d’anéantir cette horde de brigands. Extermine les brigands jusqu'au dernier voilà ton devoir; nous te prescrivons surtout de ne pas laisser une seule arme à feu dans les départements qui ont participé à la révolte et qui pourraient s'en servir encore. 0 : start; C’est Carnot qui lui répond : « Tu te plains, citoyen général, de n’avoir pas reçu du Comité une approbation formelle à tes mesures. Les massacres de Machecoul sont l'un des premiers événements de la guerre de Vendée. Ce meurtre prémédité a ensuite été exécuté à grande échelle par sept colonnes de fantassins et de cavaliers semant la désolation sur leurs passages. Il écrit à ce propos : "Il n'y a plus de Vendée. - Martin Jean-Clément, La Vendée et la Révolution, Perrin, 2007. La Convention décide de lancer une offensive destinée à écraser définitivement le mouvement vendéen, elle envoie des troupes aguerries commandées par des généraux expérimentés comme Kléber et Marceau. Mais on note aussi des actes de violences réalisés sous couvert de la Convention, ou du moins avec son aval : c’est le cas notamment des tueries organisées par les Colonnes Infernales de Turreau qui de janvier à mai 1794 ravagent une Vendée déjà militairement très affaiblie depuis la défaite de Cholet (17 octobre 1793) et la Virée de Galerne. } J’ai forcé le trait à dessein pour montrer l’horreur de l’époque et tout simplement pour faire connaître les atrocités de cette guerre dont on ne parle jamais. Nous avons pu décalotter à peu de frais toute une nichée de calotins. Et c’est ce que n’a jamais voulu faire « la République »..!! » De La Tessoualle à Meudon Le 26 juillet 1793, à la Convention nationale, Barère réclame la destruction et l’extermination de la Vendée. Le district de la Châtaigneraie, un des six du département de la Vendée, fut créé par le décret du 24 janvier 1790. Pas de résistance. } Début septembre, la situation s'aggrave car les troupes ennemies dirigées par le duc de Brunswick pénètrent sur le territoire français et foncent sur Paris. Les montagnards, en appliquant une politique de Terreur, parviennent finalement à redresser la situation et à sauver la République fin 1793. y = overFlowY > 0 ? FRANCE FORUM POUR TOUS :: DIVERS * :: DIVERS :: HISTOIRE DU PASSÉ, // 2) ? Une partie des prêtres refusent de prêter serment par fidélité au Pape et se retrouve interdite d’office puis traquée, déportée, exécutée… Les paroissiens soutiennent généralement leur prêtre réfractaire, refusent les nouveaux prêtres dits jureurs, et voient les décisions de la République comme une atteinte directe à leurs convictions religieuses. La définition courante est celle de l'ONU votée le 9 décembre 1948 dans la résolution 260: "Crime commis dans l’intention de détruire en tout ou en partie un groupe racial, ethnique, national ou religieux ". overFlowY = y + renderedHeight + excessHeight - window.innerHeight - window.pageYOffset; Rapidement, ils s'organisent en une véritable armée catholique et royale avec comme signe de reconnaissance un cœur surmonté d'une croix.